De Poet-Laval à Dieulefit, dans les pas des Huguenots

De Poet-Laval, à Dieulefit, tout un poéme…c'est la route des Huguenots

Là  où  commence l’aventure, c’est Le Poet-Laval ;

Nous sommes dans le département de la Drome, notre histoire démarre ici,  dans ce petit village historique, fait de vielles pierres, vous y découvrirez des monuments classés, vous y rencontrerez des artisants potiers, et gouterez, le “ Picodon ” fromage de chèvre faisant partit de la culture locale.

Vous allez être étonné, surpris, qu’un si petit village renferme autant de trésor, dirigeons nous vers …..Le château

Construit par les chevaliers de Saint Jean de Jérusalem, il a un donjon rectangulaire, batit sur un rocher il domine la vallée, deux salles voûtées et superposées ainsi qu'une terrasse défensive, font sa composition,  le tout est relié par des grands escaliers en pierre au nombre de deux. A l'origine le donjon devait être entouré d'un simple mur d’enceinte, le village fortifié vint ensuite s’y lover, et depuis des siécles, il semble comme figé dans le temps.

Assiégé au cours des guerres de religion, il fut constament occupé, jusqu'à  la fin du XVIe siècle,  1622 sur ordre de Louis XIII, il fut acheté et au XIXe siècle, et amputé d'une partie de son corps d'habitat, il redeviendra propriété de la commune en 1988. Sa restauration est récente, puisque qu’elle date de 1996/1998…….mais réussi, puisque qu'il fait aujourd'hui partie de liste des monument historique classés.

Rendons-nous à La chapelle Saint Jean des Commandeurs, autre joyau du lieu,

Elle a été construite après le chateua, si un  clocher a été rajouté, ce fut pour augmenter les défences du chateau, mit à mal, par les guerres de religion,  une porte donne accès à une petite tribune d'où le seigneur assistait à la messe. Il serait dommage de ne pas entrer à l'intérieur, elle est banale, sauf, qu'il y a ici, une atmosphère...une ambiance particiliaire.

Passons par La Commanderie dites,  Salon des Commandeurs

Surement destinée au logement du châtelain, administrateur du domaine sous l'autorité des commandeurs.

Construit sur le rempart du XIVe siècle,  On entrait au chateau par le village, par une allée, qui vous emmenait, vers un escalier gigantesque. Les grandes pièces au premier étage s'ouvrent toutes, sur la campagne, la lumière y rentre à flot.. s’en est presque féérique, la bâtisse fut achetée et restaurée par des particuliers à la fin des années 1950.

 

Allons au Temple, devenu Musée du Protestantisme dauphinois

Aménagé en 1622, c'était à l'origine une maison d’habitation, c'est son statut de maison commune qui le fit échappé à la démolission,. Le batiment tel que vous le voyez date de 1807, seules ses tribunes furent construites en 1822, il resta lieu de culte jusqu'en 1959, date à laquelle il devint un musée.

Une multitude de  documents et d'objets lqui racontent l'histoire du protestantisme,  les persécutions subies par cette communauté .

Quittons Le Poet-Laval, et rendons nous, à pied, à Dieulefit, vous êtes prêt ?.....c’est partit, ouvrez grand vos yeux ! j’actionne le « GPS »

En sortant du musée, prendre à droite et amorcer la montée des escaliers vers le haut du village, ensuite, redescendre un peu jusqu’au cimetière où un panneau de randonnée est mit en place. Suivre l’indication vers Dieulefit à droite et descendre la route goudronnée jusqu’à la station de pompage du village, ça va ? pas trop mal aux pieds ?....alors continuons, au poteau de carrefour “Station de pompage”, prendre à gauche et suivre le chemin goudronné jusqu’à une bifurcation avec une croix en bois, prendre le chemin goudronné à gauche jusqu’au prochain croisement (secteur Fond Gary) là, tournez à droite, suivez le ruisseau, et prennez le premier chemin de terre à gauche (secteur les Granges basses). Passer devant une carrière de sable à gauche vous verrez un ruisseau qui croise votre chemin. Continuer toujours tout droit sur le goudron (secteur Le Plan). La route se transforme en chemin de terre et entre dans la forêt. Passage d’un ruisseau à gué ou par un petit pont à gauche.

STOP ! Pause, une pomme, un peu d’eau, et quelques photos, si vous avez un pique-nique c’est encore mieux !

Reprennez la route (hep, le papier là ! poubelle !...non mais c’est vrais quoi…) allez, à la prochaine bifurcation, garder à droite (flèche bleue Dieulefit / Le Poët-Laval), ni venez pas s’il pleut, en période de pluie, le sentier est inondé.

Attention ! Quand le sentier se scinde en deux, prendre à gauche en montant, continuer le sentier jusqu’à la prochaine bifurcation 100m plus haut (plus ou moins), prendre à droite et suivre le sentier qui courbe légèrement vers la gauche jusqu’à retrouver un chemin large, perpendiculaire.Prendre à gauche (vers le secteur Le Rossignol) le long d’un pré sur le coté droit. Lorsque le chemin large descend vers la gauche, continuer de longer le pré à la droite et poursuivre sur un petit chemin de terre, Ignorezle sentier qui va vers la ruine en contrebas à gauche et suivre le sentier sur la droite. A gauche, pause…un peu peu d’eau, et des photos, belle vue dégagée sur le village du Poët-Laval.

Arrivé en crête de la colline, juste avant les réservoirs d’eau de Dieulefit, quitter le chemin de terre et prendre la route goudronnée à droite, descendre tout droit (vers le secteur “La Bonasse” et le “Domaine de Réjaubert”) jusqu’en périphérie du village de Dieulefit (poteau de carrefour “Maleval”).

Voilà  ! VOUS Y ÊTES ! DIEULEFIT, et vous aussi !

Comme à le Poet-Laval, cette petite ville, est une ville pleine d’histoire, mais plus encore, Dieulefit a accueilli des artistes et artisans d'art, comme le peintre Victor-Ferdinand Bourgeois (1870-1957) et aussi Jacques Pouchain, céramiste puis peintre, dont on trouve des œuvres au Musée d'Art Moderne de Paris, qui réside encore, et peut être pour toujours à Dieulefit. La ville accueille actuellement l'écrivaine Lorette Nobécourt, ainsi que son compagnon Guillaume Bardet, designer, lauréat du "Prix Bettencourt pour l'image de la main" en 2011 pour son projet "L'Usage des jours", réalisé avec l'aide des potiers de la ville. Plus de 1 500 personnes trouvèrent un havre de sécurité dans cette commune et les environs. Parmi ces réfugiés, de nombreux écrivains et intellectuels : René Char, Clara Malraux, Pierre Jean Jouve, Pierre Emmanuel, Louis Aragon et Elsa Triolet, Andrée Viollis, Emmanuel Mounier, Pierre Vidal-Naquet, Jean Prévost ou Henri-Pierre Roché….pardon et mille excuse à ceux que j’aurrais oubliés…..maintenant ?.....prenez votre temps, flânez, et laissez-vous surprendre, et puis si vous n’êtes pas trop fatigués, refaites le chemin en sens inverse……

                                                        BONNE VISITE !

Article mis à jour le 13/08/2016 - Signaler un abus

A propos de l'auteur
Fabienne

Fabienne
Inscrite le 21/04/13
39 articles
5 albums photos
Profil
Message privé

Solidarité

Financez gratuitement les associations de votre choix en publiant des carnets de voyage !

Plus vos articles seront recommandés, plus les dons versés par Avygeo aux associations que vous parrainez seront élevés.

> Solidarité, mode d'emploi
> Inscrivez-vous gratuitement pour publier vos récits



Commentaires

Pas encore de commentaire.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous pour ajouter un nouveau commentaire


  • Partagez cette page :
Autres articles suggérésSuggestions d'albums photos

Annecy et son lacAnnecy et son lac
Par Leslie
Le 23/06/2016

Beautiful ParisBeautiful Paris
Par Steph
Le 03/07/2016

Le Rocher de BiarritzLe Rocher de Biarritz
Par Jla
Le 06/05/2016

Solidarité

Faites gagner Gratuitement de l'argent aux associations de votre choix en publiant des carnets de voyage sur Avygeo.
Plus vos carnets sont recommandés (icône en forme de médaille sous l'article), plus les dons versés par Avygeo seront élevés.
Inscrivez-vous pour participer

Tags de l'article

Lieux visités
France

Close
Close
Close