Une semaine de folie en Martinique

Bonjour à tous!
Je continue ma présentation de mes bons plans en continuant par un voyage mémorable : une semaine à Fort-de-France en Martinique!

Parti avec mes fidèles compagnons de route, nous nous sommes envolés vers la Martinique à la fin du mois de mars. C’est le bon timing si vous voulez éviter la saison des pluies (juin à novembre) et profiter du soleil.

Destination de rêve pour nous autres, petits métropolitains, nous avions décidé de faire un break dans le boulot en nous rendant sur cette « île fleurie » dont on nous a beaucoup vanté les mérites. Et, pour le break, ça commence dès le début puisque les formalités sont extrêmement simples : étant donné que l’on reste en France, la carte nationale d’identité ou le passeport en cours de validité suffisent pour s’y rendre. Je vous conseille quand même le passeport à partir du moment où vous prenez l’avion.

Carte de la Martinique

Pas de problème non plus pour l’argent puisque c’est fort logiquement l’Euro qui est utilisé. Seul petit bémol : vous pouvez ranger vos carnets de chèques pour ceux qui en ont encore car ils ne sont que très rarement acceptés. Et pour la langue, pas de problème si vous ne parlez pas le créole : le français vous suffira!

Pour info, en hiver, il y a 5 heures de décalage entre Paris et Fort-de-France : quand il est 17 heures à Paris, il est midi en Martinique (en été, il faut compter 6 heures au lieu de 5).

Pour le vol, nous sommes partis avec Air Caraïbes sur un Airbus A 330-200. Pourquoi Air Caraïbes ? Tout simplement parce que nous avons profité d’une offre qui a toujours cours : pour un euro de plus lors de la réservation des billets en classe économique, un tarif aller/retour sur les vols régionaux nous a été offert!! Nous avons choisi de faire un tour du côté de Sainte-Lucie. Plutôt sympa, ce package, non? Si ça vous branche, allez jeter un oeil sur le site : http://www.aircaraibes.com/

Nous nous sommes dits que c’était un signe du destin. Du coup, nous n’avons pas plus comparé que cela les prix mais nous avons quand même vu que Air France était plus cher que ce que nous avions réservé. Pour info, nous étions aux environs de 650 euros l’aller-retour, taxes incluses.

La Martinique, vue du cielEvidemment, la plupart des offres concernant la Martinique comprennent, en plus du vol, l’hébergement en hôtel. Et, très souvent, pour ce prix-là, vous avez une chambre dans un 2 ou 3 étoiles et une demie-pension. Mais nous, nous avions un avantage énorme : nous étions logés chez les parents de l’un de nos amis. Ils nous ont prêté un appartement à Fort-de-Fance, à charge pour nous de nous débrouiller pour la nourriture et pour le rendre en bon état. Une toute petite contrepartie nous a été demandée : repeindre le salon et le couloir d’entrée… Autant vous dire que, à cinq, ça devrait aller vite… Et, comble de bonheur, l’ami en question nous attendait là-bas (il a quitté son job en métropole pour revenir auprès des siens) pour faire le transfert depuis l’aéroport et nous servir de guide sur « son » île. Quand je vous disais que c’était un bon plan, hein ?!?

Après un peu moins de 9 heures de vol, nous avons entendu que nous nous approchions. Juste avant d’atterrir sur l’aéroport international Aimé Césaire (sur la commune du Lamentin en fait, pas à Fort-de-France même), nous avons découvert ce qu’allait être notre terre de résidence pendant les 8 prochains jours à travers les hublots de l’avion : la Martinique, vue du ciel, donne l’impression d’être un petit territoire perdu dans la Mer des Caraïbes. On aperçoit les dominantes de vert de l’île et le bleu de l’eau. La brume nous cachait parfois la vue mais plus on descendait et plus on voyait la ville bien présente autour de l’aéroport et, plus loin, la forêt tropicale. Waouh ! Grosse claque en terme de dépaysement…

A l’ouverture de la porte de l’avion, mais encore plus à la sortie sur l’aéroport, la chaleur nous a envahie pour ne plus nous quitter. On est resté aux alentours des 23 degrés constamment.

Contrairement aux idées reçues de certains « métropolitains », l’accueil a été plus que sympathique. Certes, nous avions un guide qui nous présentait à tout le monde mais, malgré tout, nous avons toujours été chaleureusement accueilli et nous avons très souvent partagé l’apéro avec nos hôtes !

A ce propos, j’ai découvert une coutume locale : les atterrissages et les décollages… Pour ceux qui, comme moi avant d’y goûter, ne connaissaient pas, voilà de quoi il s’agit : un « peu » de rhum blanc à 70°, un peu de sirop de sucre de canne, une tranche de citron vert et, zou, cul sec avec un grand verre d’eau derrière pour essayer d’éteindre le feu (ça, c’est au début…après quelques jours, on ne te propose plus le grand verre d’eau…) ! Si je ne m’abuse, c’est tout simplement un ti punch. La seule chose, c’est qu’on boit ça un peu comme de l’eau : le décollage, c’est après le café du matin et l’atterrissage, c’est pour le soir… Et on n’en boit pas qu’un, ça ne se fait pas…

Bref, vous l’aurez compris, notre semaine s’annonçait difficile car, fervents défenseurs des coutumes locales et des traditions, il était hors de question que nous ne sacrifions pas à ce type de rituel !

Nous avons eu le plaisir de partager de très bons moments avec les martiniquais, notamment autour de la cuisine. Notre ami Steve, chez les parents duquel nous dormions, nous a assez vite présenté ses parents. Nous avons ainsi pu leur donner nos modestes cadeaux (on a fait classique avec un panier de chez Hédiard plein de spécialités culinaires de métropole et un album sur illustré sur Paris car son père avait passé 7 ans à travailler là-bas mais n’y était pas retourné depuis qu’il avait pris sa retraite).

On a très vite fêté tout ça devant des verres et nous sommes passés à table. Il était temps que l’on se mettre quelque chose dans le ventre d’autant que sa mère et sa soeur étaient en cuisine depuis notre arrivée et qu’on en avait plein les narines : nos estomacs ciraient famine et on avait hâte de goûter !

La cuisson ÃÆ’  l'ÃĩtouffÃĩe du poulet boucannÃĩ

Pour notre plus grand bonheur, sa maman nous a préparé des plats incroyables contenant des ingrédients dont j’ai malheureusement oublié le nom. Je me souviens d’un plat en sauce, servi avec une compotée de bananes et du riz et qui était fait à partir d’un énorme crustacé (sa coque ressemblait à ce dans quoi on souffle pour faire comme une trompette). Sa chair, très iodée, ressemblait à de la seiche. Avant ça, bien entendu, nous avons mangé des accras de morue et d’autre chose encore, plus épicé, mais dont j’ai également oublié le nom… Je vous rappelle quand même, pour ma défense, qu’on était à l’apéro depuis au moins deux heures!!

Nous y sommes retournés à plusieurs reprises et nous avons eu la chance de goûter un poulet boucanné fait maison : à tomber !! Le goût est vraiment unique et c’est assez marrant de voir comment ça se prépare dans un gros bidon, ouvert en bas où se trouve le foyer alimenté en canne à sucre et bois. La mère de Steve ajoutait sur le poulet une marinade qu’elle laissait couler (sauce « chien ». Ne me demandez pas pourquoi, je n’ai pas osé poser la question…).

Le Rocher du Diamant

Concernant les activités, nous sommes allés voir le Rocher du Diamant : on ne pouvait pas manquer cette incarnation de la Martinique qu’on voit sur toutes les cartes postales.  Pour ceux qui aiment la nature, particulièrement la faune, il y a un musée sur la commune du Diamant qui évoque les différentes espèces d’oiseaux qui peuplent le rocher et la région.

Pour ceux qui aiment la plongée, c’est un site qui se pratique beaucoup : les plongeurs peuvent s’en approcher et il paraît que ça vaut le coup. Il n’en a pas fallu plus pour convaincre Eric et Fred, deux de nos amis, qui y sont allés. Effectivement, ils ne l’ont pas regretté car le site est, d’après ce qu’ils nous en ont dit, magnifique. Il faut compter une petite heure de bateau avant de plonger. Ils sont notamment allés jusqu’à une grande faille (50 mètres) qui traverse quasiment le rocher de part en part. Les fonds vont de 5 à une quarantaine de mètres de profondeur. Leur accompagnateur leur a montré une petite grotte. Ils nous ont raconté qu’ils avaient croisé d’énormes langoustes, des poissons par centaines (platax et autres carrangues…ça parlera peut-être aux amateurs…) et des fonds aux couleurs exceptionnelles.

Pour ceux qui veulent profiter du soleil, la Grande Anse du Diamant offre une des plus belles plages de toute l’île : du sable clair (plus clair qu’ailleurs en tout cas!), des cocotiers et la mer bleu azur… Superbe ! L’eau est chaude et c’est un pur plaisir que de se poser sur la plage et de dormir au soleil. Et si jamais, pour une raison inconnue, cette plage ne vous plaisait pas, vous pourriez en choisir une autre parmi celles que vous rencontrerez sur votre chemin en passant par la charmante commune des Anses d’Arlet. C’est tout bonnement un superbe village avec un ponton reliant la mer et l’église. Si vous vous baladez dans le coin, vous verrez des plages partout : vous n’aurez qu’à faire votre choix! Faites-vous une idée en allant jeter un oeil à la caméra (login et mot de passe : user) du site du village : http://ansesarletmartinique.free.fr/

Même si la vue par la caméra n’est pas aussi belle que la vraie, vous pourrez vérifier qu’il y fait beau!

Vue de la pointe de la Caravelle

Autre balade à faire, pour ceux qui aiment ça : la pointe de la Caravelle. On bascule de l’autre côté de l’île et on se retrouver face à l’Atlantique. Steve voulait nous montrer ça car, d’après lui, en peu de temps, on allait en prendre plein les yeux et voir les différents paysages qui composent l’île. En habitué des lieux, Steve nous a fait prendre de quoi boire (on avait chacun 2 litres dans nos sacs) et de quoi se protéger du soleil : casquette, crème solaire et tout et tout… Et il avait raison ! La promenade, d’un niveau 1 ONF (c’est-à-dire sans difficulté pour les amateurs comme nous) a duré 4 heures trente et nous a fait passer près d’un phare rouge et blanc avant d’atteindre la station météo. Le panorama est splendide : on plonge littéralement les yeux dans l’Atlantique et ça donne vraiment l’impression que le ciel rejoint l’océan.

Quand on amorce la descente, on passe par les falaises et on arrive vite sur des petites baies au sable noir qui invitent à la pause… Nous, on en a profité pour pique-niquer. Ca fait du bien de se poser même si le soleil tape encore un peu partout car, sur la fin du parcours, il y a peu d’ombre. Je peux vous dire que mon chapeau et mes 2 litres d’eau étaient mes meilleurs amis! En tout cas, ça n’a pas été simple de repartir après cette bonne pause… Heureusement, Steve nous a promis qu’on en avait plus que pour une heure de marche avant de revenir à notre point de départ. Et il ne nous a pas menti même si, pour finir, on s’est tapé une bonne dernière côte qui nous a coupé les jambes.

De retour à l’appartement, on a pas fait long feu ce soir là. Du coup, on a pas eu le courage (et l’inconscience) de nous faire l’ascension de la montagne Pelée. Ca, c’est réservé aux marcheurs avertis. Si vous faites partie de ces gens-là, ne vous en privez pas : il paraît que le spectacle en vaut le coup.

Je vous parle rapidement de Sainte-Lucie où nous sommes allés profiter de notre aller-retour : très sympa, un peu moins fréquentée mais nous n’avons fait que larver au soleil : la soirée de la veille nous avait épuisé et nous voulions reprendre des forces.

Je pense qu’il y en avait encore beaucoup à voir mais nous avons plutôt privilégié le farniente et les soirées avec les voisins ou la famille de Steve. J’y retournerai sans doute car il me semble qu’il en reste beaucoup à faire…

 

Article mis à jour le 15/08/2016 - Signaler un abus

A propos de l'auteur
traveler1

traveler1
Inscrit le 21/02/13
5 articles
1 avis
Profil
Message privé

Solidarité

Financez gratuitement les associations de votre choix en publiant des carnets de voyage !

Plus vos articles seront recommandés, plus les dons versés par Avygeo aux associations que vous parrainez seront élevés.

> Solidarité, mode d'emploi
> Inscrivez-vous gratuitement pour publier vos récits



Commentaires
louloumanon louloumanon

Je trouve c'est article bien présenté, et moi qui y est déjà allée, je trouve la Martinique magnifique, ce paysage, cette atmosphère tropical.... Et les habitants très respectueux!

Le 11/07/2016

Signaler un abus

Inscrivez-vous ou identifiez-vous pour ajouter un nouveau commentaire


  • Partagez cette page :
Autres articles suggérésSuggestions d'albums photos

Desenzano del GardaDesenzano del Garda
Par Leslie
Le 26/07/2016

Le jardin d'Isola BellaLe jardin d'Isola Bella
Par Leslie
Le 08/08/2016

Gares de MilanGares de Milan
Par Leslie
Le 26/07/2016

Rues de MilanRues de Milan
Par Leslie
Le 26/07/2016

Solidarité

Faites gagner Gratuitement de l'argent aux associations de votre choix en publiant des carnets de voyage sur Avygeo.
Plus vos carnets sont recommandés (icône en forme de médaille sous l'article), plus les dons versés par Avygeo seront élevés.
Inscrivez-vous pour participer

Tags de l'article

Lieux visités
Martinique
A/ Fort-de-France

Points d’intérêts visités
1/ Plage du Diamant
2/ Rocher du Diamant
3/ Phare des Caravelle

Close
Close
Close