La chakra, parcelle traditionnelle Kichwa

Une mission au contact des Kichwas

Du 11 au 17 juillet 2016, nous étions quatre volontaires Français à être hébergés dans une famille au sein de la communauté kichwa de Rio Blanco (non loin de Tena). Cette communauté vit en pleine jungle, dans la province du Napo, en Équateur.

Le matin, nous travaillions avec Maria, la mère de famille, dans la chakra familiale, au coeur de la forêt équatoriale secondaire. Nous marchions environ trois kilomètres dans les vallées encaissées qui bordent le village de la communautée. Nous avançions dans la forêt à coup de machettes, imitant les gestes de Maria. Notre principale tâche était de défricher autour des bananiers.

Découverte de la chakra

Fonctionnement d'une chakra

Une chakra est une parcelle de culture traditionnelle kichwa. En fait de parcelle, c'est plutôt un gigantesque espace de forêt (plusieurs hectares) parsemé de quelques arbres fruitiers et de diverses cultures : cacao, bananes, manioc, thé, canelle, plantes médicinales, champignons ou encore fruits de la passion.

La chakra n'a rien à voir avec un champ agricole tel que nous le connaissons en Europe : les arbres sont plantés de façons éparpillée et désordonnée. C'est un mode de production traditionnel et respectueux de la forêt : les kichwas se contentent de planter en faible quantité les pousses qu'ils souhaitent cultiver.

Cabosse de cacao

Pour entretenir leur chakra, ils coupent à la machette la végétation qui entoure leurs pousses, en laissant tout par terre. Ainsi, certaines végétations coupées seront évacuées par la pluie, et d'autres vont se décomposer et contribuer à fertiliser le sol de la forêt. Ils n'utilisent pas de semences ni de graines : les branches des plantes existantes sont coupées et mises en terre pour repousser. C'est un cycle de culture infini.

Forêt équatoriale secondaire

La communauté où nous étions accueillis travaille avec l'association Kallari qui achète leurs produits. Cela leur permet d'assurer un revenu stable et de pouvoir vivre dignement sans boulverser leur mode de production traditionnel, respectant la forêt amazonienne. Le cacao sert par exemple à fabriquer du chocolat qui est vendu localement mais aussi à l'étranger.

Article mis à jour le 28/10/2016 - Signaler un abus

A propos de l'auteur
BlackJam

BlackJam
Inscrit le 15/10/16
1 article
Profil
Message privé
Site Internet

Solidarité

Financez gratuitement les associations de votre choix en publiant des carnets de voyage !

Plus vos articles seront recommandés, plus les dons versés par Avygeo aux associations que vous parrainez seront élevés.

> Solidarité, mode d'emploi
> Inscrivez-vous gratuitement pour publier vos récits



Commentaires

Pas encore de commentaire.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous pour ajouter un nouveau commentaire


  • Partagez cette page :
Autres articles suggérés

Vivre en immersion chez les KichwaVivre en immersion chez les Kichwa
Par Romain d c
Le 02/11/2016

Kallari, une terre, un peuple, une associationKallari, une terre, un peuple, une association
Par Cassandre t
Le 17/07/2015

A la découverte de l'EquateurA la découverte de l'Equateur
Par Ophelie
Le 01/12/2016

« Le mystère de Noël » au Puy du Fou« Le mystère de Noël » au Puy du Fou
Par Asiangirl
Le 13/03/2013

Suggestions d'albums photos

Communautés Kichwa aux alentours de NapoCommunautés Kichwa aux alentours de Napo
Par Projet kallari insa
Le 02/03/2016

La route du chocolat en EquateurLa route du chocolat en Equateur
Par Manon h
Le 02/03/2016

Les femmes KichwasLes femmes Kichwas
Par Myriam
Le 11/03/2016

Solidarité

Faites gagner Gratuitement de l'argent aux associations de votre choix en publiant des carnets de voyage sur Avygeo.
Plus vos carnets sont recommandés (icône en forme de médaille sous l'article), plus les dons versés par Avygeo seront élevés.
Inscrivez-vous pour participer

Tags de l'article

Lieux visités
Équateur
A/ Tena

Close
Close
Close