Horta Vs Tintin à Bruxelles

Bruxelles présente, à mes yeux, un énorme avantage : celui de marier deux de mes passions. Ainsi, j’y trouve une expression du style Art nouveau très forte et Bruxelles abrite également le musée de la bande dessinée et, à proximité, le musée Hergé, l’auteur des aventures de Tintin.

Si, comme moi, vous appréciez les deux, ou bien même seulement l’un ou l’autre, la capitale belge en offre plein les yeux!

Pour les autres, vite fait, un petit rappel en commençant par l’architecture avant d’évoquer le 9 ème art : le courant architectural Art nouveau est apparu à la fin des années 1900 (vers 1890) et s’est terminée aux environs de 1920 où il laissera la place à ce qui sera appelé l’Art déco. L’Art nouveau est caractérisé par un rejet de l’industrialisation et de ce manque d’âme qui faisait que l’on reproduisait des styles plutôt que de créer quelque chose de vivant. Les architectes (mais aussi les vitriers, les verriers, les ébénistes, les joailliers, etc…) ont donc privilégié les lignes courbes, rappelant la Nature et lui redonnant ses droits au sein de la Cité, afin d’offrir un véritable univers aux habitants. A Paris, le meilleur exemple, outre certains hôtels particuliers et beaucoup de brasseries, reste les entrées de métro signées Hector Guimard, même si elles n’ont pas été créées durant l’apogée de cet art.

L'entrée du métro Abbesses à Paris, signée H. Guimard

Dans le monde, et même en France, plusieurs écoles ont vu le jour (Nancy notamment). Ainsi, des expressions particulières de ce mouvement sont apparues en Europe, notamment à Vienne, Glascow, Barcelone ou…Bruxelles.

A Bruxelles, donc, c’est l’architecte belge Victor Horta qui amorça le mouvement en créant notamment l’hôtel Tassel au 6 rue Faider à partir de 1892. Celui-ci a été proclamé patrimoine mondial par l’Unesco en 2000, symbolisant la « première synthèse mondiale en matière d’architecture ». Malheureusement, il ne se visite pas mais l’on peut au moins rêver en admirant la façade.

 

Rassurez-vous : un musée Horta existe! Il est installé dans la maison personnelle et l’atelier de l’architecte et se trouve au 23/25 rue Américaine. Victor Horta a ensuite été suivi par d’autres architectes belges, notamment Paul Hankar, Henry Van de Velde, Paul Cochie, Philippe Wolfers et Privat Livemont.
 

Ainsi, pour les amateurs, certains tour-operators proposent aujourd’hui de faire un circuit Art nouveau à Bruxelles. Mais, si vous n’avez pas peur de marcher un peu, quitte à prendre un vélo en libre service (sur le modèle des Vélib) pour les endroits moins bien desservis par les transports en commun, vous aurez tout le loisir de vous faire vous-même votre circuit. Pour ça, il suffit de jeter un oeil sur le Net et vous aurez une vue d’ensemble des constructions de cette époque. Il faudra seulement prévoir de sortir parfois du centre de Bruxelles car certaines se trouvent en périphérie proche. Mais, franchement, ça vaut le détour. En revanche, beaucoup de ces maisons ne sont pas ouvertes aux visites mais rien ne vous empêche de vous arrêter devant les façades, les gens en ont l’habitude.

Escalier principal de la maison Horta

Vue intérieur de l'hôtel Tassel

Escalier de l'hôtel Tassel

Bruxelles propose donc pas mal de monuments Art nouveau que l’on peut visiter ou non. Je vous livre ce que j’ai pu voir durant mes pérégrinations mais il en existe bien d’autres encore :

 

 

 

 

 

  • la maison de Roosenboom située près de l’hôtel Tassel au numéro 83 de la rue Faider,
  • l’hôtel Solvay au 224 avenue Louise,
  • l’hôtel van Eetvelde au 4 de l’avenue Palmerston,
  • l’hôtel Hannon au 1 avenue de la Jonction,
  • le magasin Niguet au 13 rue Royale,
  • le grand magasin Old England situé à l’angle de la place Royale et de la rue Montagne de la Cour et qui est aujourd’hui le musée des instruments de musique avec une jolie vue en terrasse,
  • l’hôtel Otlet au 48 rue de Livourne,
  • l’hôtel Deprez-Van de Velde au 3 avenue Palmerston,
  • la maison de Paul Hankar au 71 de la rue Defacqz,
  • la maison de Paul Cauchie près du Parc du Cinquantenaire au 5 avenue des Francs à Etterbeek (devenue musée et accessible au public le premier week-end de chaque mois ou sur rendez-vous pour les groupes),
  • l’hôtel particulier Saint-Cyr au 11 square Ambiorix,
  • la maison Les Hiboux au numéro 55 de l’avenue Brugmann et l’atelier du sculpteur Dubois au 80 de la même avenue,
  • les magasins Waucquez, aujourd’hui Centre belge de la bande dessinée, situé au numéro 20 de la rue des sables et qui consacre au rez-de-chaussée un espace dédié à Victor Horta.

J’en oublie très certainement… Il suffit de marcher les yeux grands ouverts pour tomber par hasard sur l’une de ces demeures. Malheureusement, une fois l’engouement pour l’Art nouveau passé, bon nombre de ces réalisations ont été purement et simplement rasées. Aujourd’hui, la ville de Bruxelles et certaines associations d’habitants défendent ce patrimoine, notamment contre les promoteurs immobiliers.

Et la transition est toute trouvée pour moi : le centre belge de la bande dessinée abrite une collection consacrée à Hergé, le créateur de Tintin!

Intérieur Art nouveau du centre belge de la bande dessinée

Bon, là encore, un petit résumé vite fait : Hergé, de son vrai nom Geroges Rémi est né en 1907 à Etterbeek, une commune proche de Bruxelles-Ville. Il manifeste très tôt des prédispositions pour le dessin et crée en 1929, dans les pages du supplément illustré pour les enfants « Le petit Vingtième », le personnage de Tintin, reporter au « Vingtième Siècle ». Inventeur de « la ligne claire », le succès se fait rapide et le personnage à la houppette est très vite plébiscité. Sa renommée dépasse rapidement les frontières belges. Le père de Tintin sera même considéré comme étant celui qui a introduit la bande dessinée en Europe. Il sera suivi par la suite par d’autres auteurs qu’il aura influencés et qui feront la renommée de l’école belge. beaucoup considère qu’Hergé a fait entrer la bande dessinée dans l’art (le 9ème art, dit-on) en lui conférant ses lettres de noblesse. Hergé publiera 23 aventures de Tintin, plus une posthume inachevée : Tintin et l’Alph-Art. Il aura également participé à bon nombre de projets et créé d’autres aventures (Jo, Zette et Jocko ou encore Quick et Flupke). Il se lancera, avec plus ou moins de succès, dans le cinéma en autorisant ou en participant à la réalisation des adaptations de certaines de ses oeuvres. Sa célébrité est telle que le général de Gaulle ira même jusqu’à dire à André Malraux : « mon seul rival international, c’est Tintin ». Hergé s’éteindra des suites d’une leucémie en 1983 et recevra un hommage appuyé de l’ensemble de la communauté internationale.

Revenons au centre belge de la bande dessinée. Vous y trouverez des salles amusantes sur l’oeuvre d’Hergé, la fameuse reproduction de la fusée lunaire, et de quoi revivre des scènes des aventures de Tintin.

La fusée lunaire de Tintin

Une fois votre visite terminée, prenez la direction de la boutique Tintin qui est située au numéro 13 de la rue de la Colline, tout près de la Grand Place. Vous y trouverez tous les articles incontournables (figurines, jeux, vêtements) ainsi que les albums. On y trouve même quelques exclusivités qui ne seront en vente nulle part ailleurs! J’ai par exemple fait l’acquisition des albums au format carré des éditions France Loisirs pour les éditions Moulinsart qui, aujourd’hui, ne se trouvent plus que sur le Net pour des prix totalement déraisonnables pour certains d’entre eux.

Une fois les bras chargés de vos acquisitions, vous pouvez refaire un tour dans Bruxelles, sur les pas de Tintin. Pour ça, surfez un peu et vous trouverez de quoi vous faire une petite promenade qui vous permettra de replonger dans certains des albums d’Hergé (par exemple, à l’adresse suivante : http://maps.google.be/maps/user?uid=201677403464380647352&hl=fr&gl=be&ptab=2 ou http://www.bruxelles-tourisme.be/contenus/parcours_tintin_a_bruxelles/fr/3801.html ). On trouve par exemple, en allant sur la commune d’Uccle au centre culturel et artistique, une statue de bronze de Tintin et Milou qui se trouvait préalablement au parc de Wolvendael. Il est aussi possible de repasser devant des façades d’hôtels ou des artères reproduites dans les albums et qui ont donc servi d’inspiration à l’auteur. De même, on peut déambuler et passer près de l’ancien siège des Editions du Lombard et du Journal de Tintin au 55 de la rue du Lombard. Et si vous continuez votre chemin, vous pourrez rencontrer vers la Place Bara l’immeuble Tintin où trône encore l’enseigne représentant le héros et son fidèle Milou.

Building Tintin

Mais ce n’est pas tout, dans la rue de l’Etuve, vous aurez le plaisir de tomber sur une représentation des aventures du célèbre reporter :

Fresque Tintin, extrait de l'Affaire Tournesol p.50

Bref, vous trouverez de quoi agrémenter vos parcours.

Pour tous ceux qui sont réellement amateurs et motivés par l’oeuvre d’Hergé, il ne pourront pas quitter la Belgique sans rendre une visite au tout nouveau musée Hergé bâti à Louvain-la-neuve, dans la banlieue bruxelloise. Bâtiment au design exceptionnel, il est ouvert au public toute l’année depuis juin 2009 du mardi au dimanche, avec des horaires variables suivant les jours. On peut bien entendu se renseigner sur le site officiel du musée : http://www.museeherge.com/

Ceux qui, comme moi, n’ont pas de voiture sur place et ne souhaitent pas en louer, pas de panique! Le musée et la ville de Bruxelles se sont associés pour mettre une navette payante à disposition des tintinophiles. Elle assure la liaison entre Bruxelles et Louvain. il est également possible de s’y rendre en train mais cela suppose des changements qui sont assez rebutants, je le confesse…

Quoi qu’il en soit, l’espace qui abrite les oeuvres d’Hergé est tout simplement magnifique! Il lui aura fallu des années avant de pouvoir sortir de terre mais le résultat est à la hauteur. Il est suffisamment pédagogue pour que tout le monde, petits et grands, amateurs ou non des aventures de Tintin et Milou, puissent s’amuser et occuper une demie journée. Ceux qui seraient quelque peu pressés peuvent faire la visite en 2 heures je pense. Il faut également noter que la visite peut se faire à l’aide d’un audio-guide qui est très bien fait et qui-je l’espère- est encore gratuit! Fait suffisamment rare pour être noté… Si le personnage de Tintin est omniprésent, il n’y a pas que lui qui est représenté puisque l’on peut y voir à peu près toutes les productions d’Hergé.

Un restaurant dont la décoration reprend le thème d’un journal comme Le Petit Vingtième et des extraits de ses couvertures offre une petite pause gourmande. Et, bien sûr, on ne peut pas partir sans passer par le magasin qui offre tout ce qui se fait, ou presque, sur l’oeuvre d’Hergé. Les puristes auraient peut-être souhaité y trouver des ouvrages rares mais il leur faudra continuer à traquer les bonnes affaires sur la Toile ou dans les ventes officielles si leur porte-monnaie le permet : le bookshop propose principalement les parutions les plus modernes. Il n’empêche qu’il est quand même possible d’y trouver des ouvrages inconnus traitant de l’oeuvre ou de son interprétation, inconnus même pour le tintinophile averti que je pensais être!

En revanche, en ce qui concerne la logistique, il faut être honnête : si vous faites le voyage uniquement pour le musée et que vous souhaitez passer la nuit à proximité, faites attention : les deux seuls hôtels (peut-être y en t-il d’autres à ce jour) qui se situent à proximité sont, me semble-t-il, chers par rapport au confort qu’ils proposent. Il faut dire aussi que le musée peut accueillir des conférences et des congrès, dès lors les hôtels ont peut-être une fâcheuse tendance à faire grimper les prix. De plus, deux jours de visites me semble un peu trop long par rapport à ce qui est présenté.

Après ma visite, retour vers la capitale belge où, il faut bien le reconnaître, une pause gourmande s’imposait. Et dans ce cas, Bruxelles est idéale pour caler un petit creux. Je me suis goinfré de spéculoos à l’effigie de… Tintin. Comme quoi, le business est partout!

En conclusion, qui de Tintin ou Horta l’emporte à Bruxelles..? Mon coeur balance toujours. Les deux activités se marient tellement bien, à l’image du centre belge de la bande dessinée, qu’il me paraît finalement inutile de choisir!

NB : pour ceux qui le souhaitent, allez voir mon autre billet sur Bruxelles…

Article mis à jour le 13/08/2016 - Signaler un abus

A propos de l'auteur
GlobeTrotter

GlobeTrotter
Inscrit le 21/02/13
16 articles
1 album photos
3 avis
Profil
Message privé

Solidarité

Financez gratuitement les associations de votre choix en publiant des carnets de voyage !

Plus vos articles seront recommandés, plus les dons versés par Avygeo aux associations que vous parrainez seront élevés.

> Solidarité, mode d'emploi
> Inscrivez-vous gratuitement pour publier vos récits



Commentaires

Pas encore de commentaire.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous pour ajouter un nouveau commentaire


  • Partagez cette page :
Autres articles suggérés

Escapade à BruxellesEscapade à Bruxelles
Par Globetrotter
Le 13/03/2013

Bruges, l'autre Venise du NordBruges, l'autre Venise du Nord
Par Jimmy40
Le 15/03/2013

Weekend en WallonieWeekend en Wallonie
Par Birdy
Le 13/03/2013

Suggestions d'albums photos

Week-end à BruxellesWeek-end à Bruxelles
Par Nab
Le 11/10/2015

Desenzano del GardaDesenzano del Garda
Par Leslie
Le 26/07/2016

Le jardin d'Isola BellaLe jardin d'Isola Bella
Par Leslie
Le 08/08/2016

Gares de MilanGares de Milan
Par Leslie
Le 26/07/2016

Solidarité

Faites gagner Gratuitement de l'argent aux associations de votre choix en publiant des carnets de voyage sur Avygeo.
Plus vos carnets sont recommandés (icône en forme de médaille sous l'article), plus les dons versés par Avygeo seront élevés.
Inscrivez-vous pour participer

Tags de l'article

Lieux visités
Belgique
A/ Bruxelles

Points d’intérêts visités
1/ Musée Horta

Close
Close
Close